Courtage en crédit : Assurance

Bien que cela ne soit pas une obligation légale, les banques en France exigent la souscription d’une assurance emprunteur couvrant décès – perte totale et irréversible d’autonomie – invalidité permanente totale – incapacité temporaire de travail (l’exception étant pour un projet locatif, pour lequel seules les garanties décès et perte totale et irréversible d’autonomie peuvent être exigées par la banque), alors que l’assurance perte d’emploi n’est qu’optionnelle.

– L’assurance protège d’abord la banque (qui est le bénéficiaire du contrat), mais elle est également un élément clef de protection pour vous et pour votre famille.
– Elle préserve vos chances de conserver le bien que vous avez acheté en cas de perte brutale de revenus à la suite d’invalidité ou d’incapacité.
– Elle évite aussi de transmettre la dette à vos héritiers en cas de décès.

Le coût de l’assurance représente une part importante de votre mensualité totale, souvent jusqu’à 10 % de celle-ci. Avec la baisse récente des taux, un prêt de 150 000 € sur 15 ans par exemple entraînera le paiement de primes d’assurance pour un montant total pouvant dépasser 15 000 €.

Sachez que les contrats d’assurance ne sont pas homogènes et que le contenu d’une même garantie peut varier fortement. Ceci est en particulier le cas pour une garantie d’une même compagnie d’assurence commercialisée par des établissements distincts.

C’est pourquoi vous devez consacrer tout le temps nécessaire à l’examen du contrat d’assurance que vous proposera votre banque, en tous cas davantage que les quelques minutes qui y sont généralement réservées.

– Ce guide doit vous aider à évaluer le coût et le contenu des garanties qui vous sont proposées.
– Vous trouverez à la fin de cette section une liste des questions-clefs à vous poser.

Retour au sommaire
Qui peut être assuré ?

Vous pouvez être assuré si vous êtes emprunteur, co-emprunteur ou caution d’un prêt immobilier, y compris via une SCI. La couverture des risques dépend de votre âge et de votre situation professionnelle.

L’âge limite d’admission pour pouvoir bénéficier de l’ensemble des garanties varie selon les contrats de 58 à 70 ans, avec dans la majorité des cas une limite fixée à 65 ans pour les garanties perte totale et irréversible d’autonomie, invalidité permanente totale et incapacité temporaire de travail. Au-delà de cet âge limite, vous ne serez admis que pour une garantie décès. Certains contrats prévoient une date limite d’admission spécifique pour le risque invalidité et incapacité.

L’âge limite de couverture, c’est-à-dire l’âge auquel cesse la garantie, est en général le même que l’âge limite d’admission, même s’il est parfois augmenté de 5 ans.

Si vous avez dépassé l’âge limite d’admission, ou si vous souhaitez prolonger l’âge limite de couverture, certains contrats offrent aujourd’hui une possibilité d’admission jusqu’à 85 ans. Cependant, elle ne vous couvrira que pour le risque décès, aura un coût supérieur à celui des contrats standards, et ses modalités varient fortement d’un établissement à l’autre.

Le conseil du courtier
Beaucoup de contrats réservent la couverture des risques incapacité de travail et invalidité aux personnes actives. Si vous souhaitez être couvert alors que vous n’avez pas d’activité professionnelle (parent au foyer par exemple), ou dans le cas ou vous cesseriez de travailler avant que votre prêt ne soit remboursé (que vous soyez chômeur ou rentier), analysez soigneusement les contrats proposés, seuls certains d’entre eux vous assurent pour les risques incapacité et invalidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *